mercredi 15 juin 2011

[Grèce] Grève Générale du 15 Juin 2011 : les nouvelles du front !






15 Juin 2011 : La grève générale de Grèce en direct.

20.41 (+2 GMT) Entre 20 et 30000 personnes sont sur la place de Syntagma en ce moment et plus arrivent chaque minutes. L’assemblé de ce soir va commencer d’une minute à l’autre, et elle devrait se concentrer sur l’annonce imminente du premier ministre grec Papandreou, probablement à propos de la création d’un gouvernement d’unité nationale.

17:43 (+2 GMT) La situation se calme légèrement à Syntagma. Des milliers de personnes sont en face du parlement et dans les rues autour, du monde continue d’arriver. Plus tôt l’hotel de luxe et ls ministère de l’économie ont été attaqués par des manifestants.

17:21 (+2 GMT) Le med. les docteurs de la clinique de la place Syntagma font un appel à du matériel médical Beaucoup de personnes sont blessées, par la violence des attaques policière. Les gens peuvent approcher Syntagma par Amalias, Propylea et potentiellement par le métro. Les gens scandent des slogans anti flics applaudissent ironiquement les flics, des batailles ont encore lieu autour de la place, les forces DIAS ont été touchées par à Fillelinon, alors que quelques minutes plus tôt ils attaquaient les gens en face du jardin national et de la rue Stadiou. Les DIAS accélèrent et ralentissent sur la rue Amaliasou ils attaquent le rassemblement.

17:07 (+2 GMT) Les moto de la police DIAS attaquent les gens rue Amalias qui chantent « Pain-Education-Liberté-La junte ne s’est pas finit en 1973 » et « Flics, porcs, assassins ». Les lacrymos et les grenades assourdissantes continuent, la musique des hauts parleurs de la place aussi. La comission média de la place Syntagma a lancé il y a 10 minute l’appel suivant :

NO PASARAN ! Maintenant nous parlons !

Le parlement grec est assiégé. Des milliers de protestataire ont envahi la Bastille grecque et ses environs. Depuis 7h ce matin les « indignados » grecs crient « stop ! », avec comme seul moyen de lutte leur corps, ont bloqué la rue et ont encerclé le parlement. Qu’importe que la police ait dressé des barrières métalliques devant le parlement (V.Sofias) Que faire si. Qu’importe que de toutes part les forces policières (DIAS, MAT etc.) ont tenté de disperser les deux cortèges à V.Konstantinou &Rizari et V.Konstantinou & Rigillis, nous restons là et nous continurons ! Le gouvernement grec avec la police toujours prompt à aider, tente depuis des heures de tuer et détruire moralement le grand mouvement des « indignados » grecs, des honnêtes gens qui ont pris les places et les rues du pays. A celui qui tente de stopper le siège pacifique de « l’inutile et dangereux », de la plus grande protestation de l’aire post junte, nous lui diront seulement ceux-ci! Nous sommes ici pour rester ! Nous, toutes les personnes assemblées resterons et aucune provocation morale ou politique ne nous arrêtera. Il n’y aura pas de place pour ce genre de choses dans notre histoire future !

16:53 (+2 GMT) Un grand groupe de manifestants vient de chasser une unité de policier en moto (DlAS/DELTA) rue Panepistimiou. Les hauts-parleurs de la place Syntagma appellent tout le monde à revenir sur la place. Même s’il est difficile d’y rester à cause des gaz lacrymo, les manifestants persévèrent.

16:49 (+2 GMT) Les gens essayaient de revenir progressivement à Syntagma (au son de la musique dans les hauts-parleur). Mais à l’instant les flics viennent d’attaquer à nouveau en masse, piégeant des groupes de personnes sur la partie basse et essayant d’évacuer toute la place avec des gaz lacrymo et une grande violence.

16:41 (+2 GMT) Place Syntagma : 4 manifestants blessés transportés à l’hôpital. Les rapports du centre médical de la Place parlent de nombreuses personnes avec des problèmes de respiration.

16:33 (+2 GMT) Volos (Grèce centrale): Une manifestation de 3000 personnes occupe la mairie et une Assemblée de manifestants a lieu à l’intérieur. Le maire de Volos reste bloqué à l’intérieur du bâtiment.

16:30 (+2 GMT) Situation de guerre tout autour de la Place Syntagma, alors que les flics continuent à jeter des gaz lacrymo et des gaz asphyxiants. Deux manifestants ont été arrêtés pour le moment. L’esprit de combat est remarquable : les gens continuent à résister même à mains nues.

16:20 (+2 GMT) Appel urgent de l’équipe médicale de Syntagma pour des médicaments anti-acide.

16:00 (+2 GMT) Les forces de police continuent leurs attaques meurtrières contre les milliers de manifestants qui persistent à se battre Place Syntagma. La situation est très critique et les escadrons de police anti-émeutes assaillent des milliers de manifestants de tous les âges. Les flics ont réussi à bloquer la rue en haut de la rue Fillelinon.

15:56 (+2 GMT) Affrontements importants rue Fillelinon, au moins une arrestation à Syntagma, les gens ne quittent pas la place mais les flics s’attaquent à tout le monde. Les grenades et les bombes lacrymo explosent de partout. Les manifestants se défendent et défendant la place, et rejettent les flics en différents endroits de la place. Les flics ont attaqués deux fois des ambulances qui venaient récupérer des manifestants blessés, et une bombe lacrymo a explosé dans une clinique sous tente installée sur la place.

15.30 (+2 GMT) Un grand groupe de manifestants furieux attaquent 3 unités de la police anti-émeutes dans rue Filellinon. Les témoignages font état de 4.000 personnes se battant contre les flics dans cette rue.

14:45 (+2 GMT) Affrontements tout autour de Syntagma et sur la place. Les manifestants répondent avec des pierres aux attaques de la police, la place est recouverte de poudre blanche laissée par les bombes de lacrymogène, mais des gens sont toujours là, pendant que d’autres se regroupent dans les rues autour de la place et essayent de revenir sur la place.

14:41 (+2 GMT) Chania, Crète : Après la fin de la manifestation (quasiment 3000 grévistes), l’Assemblée Populaire Ouverte a décidé d’occuper les locaux de la préfecture. Le bâtiment est occupé depuis une heure en solidarité avec les manifestants d’Athènes. A 15h une nouvelle Assemblée est appelée pour décider des actions à venir.

14:28 (+2 GMT) Athènes : Des milliers de personnes sont toujours autour du Parlement. Le mur de plexiglas n’est plus là, mais les flics ont bougé plus bas vers la place Syntagma ; ils forment des cordons avec 4 lignes. De nouveaux manifestants continuent à arriver en nombre vers le Parlement pour participer aux blocus. Fascistes, officiers infiltrés et flics en uniformes sont autour, mais les manifestants ne semblent pas effrayés et restent concentrés.
A Thessalonique, malgré la pluie, des milliers de personnes ont encerclé les locaux du sous-ministère du Nord de la Grèce.

14:29 (+2 GMT) Attaques massives de la police à Athènes, gaz lacrymogène et lances grenades (stand grenades ?) partout à Syntagma. Des pierres sont jetées contre la police et l’hôtel Great Bretagnia.

14:15 (+2 GMT) Les tensions perdurent Place Syntagma. Rue Akadimia, la police a utilisé des gaz lacrymo il y a quelques minutes. Les gens reviennent vers le Parlement et se préparent au bras de fer. Devant le Parlement, anarchistes et fascistes sont les uns à côté des autres à chanter des slogans, la situation est vraiment très tendue pour l’instant.

14:00 (+2 GMT) De plus en plus de préfecture sont occupées : le QG de la préfecture de Grèce centrale (Lamia), Crète, Corfou et Syros.

Des anarchistes ont découvert parmi eux un flic en cagoule avec des cocktails molotov. Pendant ce temps, d’autres manifestants (dont des fascistes) commençaient à accuser les anarchistes d’être des flics infiltrés, et à les attaquer. Un cocktail molotov a été jeté sur les lignes de police devant le Parlement.

13:50 (+2 GMT) Affrontements entre la police et les manifestants rues Rigilis et Amalias. Des centaines de manifestants continuent à s’affronter devant le parlement. Au moins un manifestant gravement blessé devant l’hôtel Grande Bretagne.

13:34 (+2 GMT) Île de Syros : Les locaux de la préfecture de Ermoupolis sont occupés par les manifestants.

13:18 (+2 GMT) Place Syntagma : Quelques manifestants jetaient des pierres aux forces de police devant le parlement et un groupe de fascistes a essayé de les en empêcher : il y a eu des affrontements entre anarchistes et fascistes devant le parlement. Les anarchistes et quelques autres manifestants ont réussi à repousser les fachos, mais la police gaze les manifestants.

Vers 13:00 (+2 GMT) Ioannina: Environ 70 manifestants ont tenté d’occuper la préfecture. 15 d’entre eux ont réussi à entrer et de petits affrontements ont éclaté à l’intérieur du bâtiment. Les forces de police ont encerclés le bâtiment mais un groupe de 150 manifestants, en solidarité avec ceux qui ont réussi a entrer ont combattu et repoussé les escadrons de police.

12:44 (+2 GMT) Lamia, centre de la Grèce : Les syndicats de travailleurs occupent les locaux de la préfecture – la même chose se passe à la préfecture de Crète.

12:36 (+2 GMT) Serres, Nord de la Grèce : A la fin de la manifestation l’Assemblée Populaire Ouverte de la place Eleftherias a décidé unanimement d’occuper la mairie. Elle sera occupée jusqu’à 17h, heure à laquelle une nouvelle Assemblée aura lieu.

12:16 (+2 GMT) Athènes: Tensions devant le mur de plexiglas tenu par la police depuis ce matin à Vasilis Sofias Av. Les manifestants ont commencé à pousser le mur et la police a utilisé des gaz lacrymo.

11:30 (+2 GMT) Thessalonique : Les bases syndicales ont commencé leur manifestation de Kamara et se dirigent vers le Centre du Travail de Thessalonique. Plus de 1000 personnes participent à la manif.

11:56 (+2 GMT) Trikala : La manifestation d’environ 150 gauchistes, “indignés” et anarchistes vient juste de finir. La manifestation a commencé au Centre du Travail de la ville et a fini devant la préfecture (en la bloquant pendant une heure).

11:25 (+2 GMT) Egio, Achaea (ouest de la Grèce) : Plus de 400 manifestants sont sur la place centrale d’Egio, sur le point de commencer à défiler dans les rues de la ville.

11:12 (+2 GMT) Un groupe de manifestants qui venait du quartier de Zografou a été bloqué bloqué et immobilisé par les forces Delta (venues en nombre) à Evangelismos. Les 10 manifestants arrêtés ce matin ont été relâchés.

10:34 (+2 GMT) Au moins 10 manifestants arrêtés et un blessé au blocus de Vasileos Konstantinou Ave et rue Rizari. Les manifestants ont réussi à faire reculer les voitures des CRS. De petits groupes bloquent la plupart des petites rues autour du Parlement. Il y a besoin de renfort au blocus du stade Panathenean.

10:14 (+2 GMT) Il y a déjà énormément de monde devant le Parlement à Syntagma. Il est conseillé à ceux qui descendent dans la rue maintenant de ne pas se diriger vers Syntagma, mais d’aller plutôt soutenir les blocus périphériques (Evangelismos, stade Panathenean).


Attaques fascistes repoussées pendant la manifestation du 15 Juin 2011



Source : Indymedia Athènes.
Traduction : Contra-info.net


[Fil d'info tiré des brèves du désordre -site de Cette Semaine- :
articles de "Leur Presse"]

Grèce : grève générale et premiers affrontements (malgré les "Indignés")
(Le 15 juin 2011)

A Athènes, affrontements entre jeunes et policiers en marge de la manifestation

LEMONDE.FR avec AFP | 15.06.11 | 16h03

A Athènes, des affrontements ont opposé mercredi 15 juin un groupe de près de 200 jeunes à des policiers en marge d’une manifestation contre un nouveau plan de rigueur annoncé par le gouvernement. Selon une source policière, sept personnes ont été blessées dans ces affrontements, dont un policier.

Les forces antiémeute, déployées en nombre en ce jour de manifestation, ont fait usage de gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants des abords du Parlement. Ces derniers ont répliqué en jetant à leur tour des cocktails Molotov, des pierres et autres projectiles sur un cordon de policiers.

Le face-à-face entre jeunes et policiers, traditionnel dans toutes les manifestations en Grèce, a duré au moins une heure dans les rues près du Parlement. La manifestation a été cependant relativement calme. Les Indignés, le mouvement protestataire populaire et pacifique, qui campe depuis trois semaines sur la place Syntagma, appelait en effet les manifestants à rester sur les lieux "pacifiquement".

GRÈVE GÉNÉRALE TRÈS SUIVIE

Selon la police, plus de 20 000 personnes ont manifesté au total à Athènes, alors que la ville était paralysée par une grève générale observée par les principaux syndicats. Une forte mobilisation a été observée, notamment dans le secteur public et les transports maritimes et urbains. Les médias grecs évoquent pour leur part une manifestation qui aurait rassemblé plus de 40 000 personnes.

Le projet du gouvernement est inclus dans un plan budgétaire de moyen terme (2012-2015), dicté par les créanciers du pays, l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), qui, de leur côté, peinent à se mettre d’accord sur une nouvelle aide au pays requise par une situation financière critique.


Grèce : les manifestants restent place Syntagma, malgré le gaz lacrymogène

AFP / 15 juin 2011 16h38

ATHENES - La police a brièvement tenté mercredi de reprendre le contrôle de la place Syntagma devant le Parlement à Athènes en tirant des salves de gaz lacrymogène qui ont éparpillé la foule sans la faire partir, des manifestants continuant de protester contre les mesures d’austérité.

La police réagissait à une attaque d’un groupe de jeunes qui avaient jeté auparavant des cocktails Molotov, des pierres et divers autres projectiles sur des membres des forces antiémeutes en marge d’une manifestation des syndicats, qui observaient une grève générale contre un nouveau plan de rigueur, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Au total, au moins douze personnes ont été blessées à Athènes mercredi, ont annoncé des sources officielles.

En milieu d’après-midi, la place Syntagma (de la Constitution, NDLR), où campent depuis trois semaines des Indignés grecs, a été envahie de fumigènes et de gaz lacrymogènes fortement irritants, contraignant de nombreux manifestants à libérer les lieux, d’après les journalistes de l’AFP présents.

Mais, les Indignés, un groupe de résistance populaire qui se veut pacifique, hors parti et hors syndicats, et qui communiquent via des communiqués de presse envoyés aux rédactions, ont appelé les manifestants à rester sur les lieux.

Ils ont dénoncé le bombardement de la place par des gaz lacrymogènes, et une tentative de la police d’évacuer la place par la force.

Nous avons deux ou trois policiers qui sont dans une état grave, a affirmé un porte-parole de la police, Thanassis Kokkalakis, sur la chaîne de télévision Skai. L’un d’entre eux a été blessé à l’oreille par un pistolet d’alarme et un autre a perdu plusieurs doigts, a-t-il dit.

A l’intérieur du parlement, l’examen du projet de loi budgétaire pluri-annuel imposant de nouvelles mesures d’austérité controversées, doit commencer en commission dans l’après-midi.

Selon la police, plus de 20.000 personnes ont manifesté au total à Athènes, jour de grève générale observée par les principaux syndicats, qui a surtout affecté le secteur public et les transports maritimes et urbains.

D’après les médias, le nombre des manifestants était de 40.000.

Campant depuis trois semaines devant le parlement, les Indignés qui ont également manifesté à Barcelone mercredi contre d’autres mesures d’austérité envisagées par le parlement catalan, ne sont pas parvenus à réaliser leur projet à Athènes, qui était de former une chaîne humaine pour encercler le parlement grec. La police bloquait les rues avoisinantes et les accès au bâtiment, permettant seulement l’entrée des députés.


Grèce : les affrontements font au moins sept blessés

JDD,15 Juin 2011

EN DIRECT - Des milliers de Grecs manifestent dans les rues du pays mercredi. Ils tentent d’empêcher le vote d’un projet de loi budgétaire comprenant un nouveau plan d’austérité, qui commence à être examiné au Parlement à Athènes. Celui-ci prévoit une nouvelle coupe budgétaire de 28,4 milliards d’euros d’ici à 2015 afin d’obtenir une nouvelle aide extérieure. Suivez les manifestations minute par minute sur leJDD.fr.

16h00 : 20.000 manifestants dans la ville de Salonique Alors que la mobilisation bat toujours son plein à Athènes, la police a annoncé que 20.000 personnes s’étaient rassemblées dans la ville de Salonique, située au nord du pays.

15h35 : L’examen du projet de loi commence bientôt Alors que les manifestants entourent le Parlement, l’examen du projet de loi budgétaire tant controversé doit commencer en commission dans l’après-midi.

15h27 : Entre 100 à 200 jeunes contre les policiers

Selon les informations de l’AFP, les affrontements ont opposé les forces antiémeutes à un groupe de 100 à 200 jeunes, qui ont jeté des cocktails Molotov, des pierres et autres projectiles devant le parlement grec. Au moins sept personnes ont été blessées, dont un policier, selon une source policière. Le face-à-face a duré près d’une heure.

14h42 : Au moins 40.000 manifestants selon les observateurs sur place
Alors que la police annonçait 20.000 manifestants à Athènes, les médias et observateurs avancent le double de ce chiffre. Mais ce dernier reste tout de même inférieur à ceux des manifestations syndicales qu’a connu la Grèce durant le printemps. En revanche, contrairement aux traditionnels cortèges syndicaux, la foule rassemble cette fois-ci des citoyens de tout bord, qui ont répondu à l’appel des "Indignés" grecs, lancé le 25 mai dernier.

14h40 : Trois à sept personnes blessées

Après les ripostes policières avec des gaz lacrymogènes contre des groupes de manifestants qui essayaient de rompre le cordon de sécurité autour du Parlement, la foule s’est reformée sur la place Syntagma. Les animateurs du rassemblement ont tenté de dissuader des jeunes cagoulés de lancer des projectiles, en vain. A 13h, le ministère de la Santé décomptait trois blessés, tandis que les services d’ambulance en annonçaient sept.

14h07 : Des attaques contre le ministère de la Justice

Des manifestants ont lancé des engins incendiaires sur le bâtiment abritant le ministère de la Justice, située sur la place Syntagma, où se tient également le Parlement. Selon des reporters de l’agence Reuters, ces heurts ont opposé des dizaines de policiers à des manifestants. Des flammes ont été aperçues devant une entrée du ministère.

13h05 : Baroin "pas inquiet" pour les banques françaises Suite à l’intention de l’agence de notation Moddy’s d’abaisser la note de trois banques françaises du fait de leur exposition à la Grèce, François Baroin a déclaré que cela "n’inquiète pas" le gouvernement français. Selon son porte-parole, "les banques françaises sont parmi les grandes banques internationales les mieux notées actuellement, les plus solides, elles ont résisté à tous les tests internationaux".

13h01 : la commission européenne attentive à "la situation sociale"
La Commission européenne, via un de ses porte-parole, a indiqué qu’elle est attentive à l’aspect social des mesures d’austérité imposées à la Grèce. "La situation sociale en Grèce est au centre de nos préoccupations, pas seulement en ce moment mais depuis le début de la crise", a affirmé Amadeu Altafaj, porte-parole du commissaire aux Affaires économiques Olli Rehn. Il a néanmoins souligné qu’il "n’y a rien de plus antisocial que des comptes publics déséquilibrés"

12h52 : le Premier ministre va "assumer ses responsabilités"
"Nous assumons nos responsabilités envers le peuple et le pays", a indiqué Georges Papandreou en arrivant au palais présidentiel avant une rencontre avec le président Papoulias. "Il faut un effort national car nous sommes à un moment historique crucial", a ajouté le Premier ministre grec. Papandreou a également assuré rechercher un consensus avec l’opposition alors que la presse indiquait ces derniers jours qu’un remaniement pourrait se faire avec la constitution d’un gouvernement d’union nationale.

12h26 : gaz lacrymogènes contre les manifestants
La police grecque a fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants rassemblés devant le parlement à Athènes, indique l’agence Reuters. Les protestataires ont lancé des pierres et des yaourts sur les forces de l’ordre situé autour du bâtiment.

12h09 : des milliers de manifestants devant le Parlement Des milliers de Grecs sont dans les rues d’Athènes à la mi-journée. Equipés pour certains de trompettes, de casseroles et de sifflets, la foule s’est regroupée autour du parlement grec. Selon la police, plus de 20.000 personnes manifestent dans la capitale.

09h00 : les cortèges affluent
Des centaines de manifestants appartenant au mouvement des "indignés" sont sur la place centrale de Syntagma, où se situe le Parlement. Des drapeaux grecs et espagnols sont brandis, ainsi que des banderoles sur lesquelles sont écrits les mots "No pasaran" ("Ils ne passeront pas" en espagnol) ou "Résistez". Des dizaines de véhicules de policiers sont stationnés sur la place afin de permettre aux députés d’accéder au bâtiment pour examiner le projet de loi budgétaire. Plusieurs rues dans le centre de la capitale sont fermées à la circulation et aux piétons.

08h19 : l’euro "ne dépend pas" de la Grèce
Malgré la grave crise que subit la Grèce, ajoutée aux problèmes du Portugal et de l’Irlande, le destin de la monnaie européenne ne dépend pas de ces pays, a estimé Jürgen Stark, l’économiste en chef de la Banque centrale européenne. "La Grèce contribue pour 2,5% à la création de valeur" de toute la zone euro, "si vous ajoutez le Portugal et l’Irlande on arrive à 6%", a-t-il expliqué dans un entretien à la radio allemande Deutschlandfunk.

____________________________________________________________________

Aucun commentaire:

Publier un commentaire